RDC : L’ex Chef de guerre Bosco NTAGANDA reconnu coupable par la CPILa procédure aura duré plus de quatre ans. L’attente n’a pas été facile, mais aujourd’hui, la sentence est tombée. La chambre de première instance VI de la cour pénale internationale a déclaré ce 08 juillet 2019, Bosco Ntaganda, coupable de meurtres.

La cour indique que ce dernier est accusé d’avoir dirigé intentionnellement des attaques contre des civils, de viols, d’esclavage sexuel, de persécutions et de pillages. Et ceci est considéré comme étant des crimes de guerre et crimes contre l’humanité». Lors de l’audience, le juge Robert Fremr affirme que le jugement concerne des crimes commis en 2002 et 2003 en Ituri, dans l’est de la RDC.

Détenu à La Haye depuis 2013, Bosco Ntaganda, ressortissant de l’ethnie hema était poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis dans la province de l’Ituri il y a environ 17 ans. D’après les enquêtes de la CPI, les victimes sont principalement les populations civiles appartenant aux groupes lendu, bira et nende.
Ces massacres qui resurgissent près de 20 ans après, pourraient être le résultat de l’impunité. C’est pourquoi les membres de la communauté lendu souhaitent voir la cour pénale internationale (CPI) condamner Bosco Ntaganda et ordonner l’indemnisation des familles des victimes. Et c’est ce qui ressort de la décision de la cour.

Des chiffres officiels mais non vérifiables évoquent au moins 160 morts et 300.000 déplacés après d’autres massacres qui sont récents. Les tensions qui ont repris dans l’Ituri, une région frontalière de l’Ouganda, riche en or et potentiellement en pétrole, inquiètent les autorités congolaises au plus haut niveau.

L’évocation du nom de Bosco Ntaganda réveille les cauchemars dans l’Ituri mais aussi dans la province voisine du Nord-Kivu où il a combattu notamment pour le Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP) et le Mouvement du 23 Mars (M23). Certains habitants du Nord-Kivu disent attendre à leur tour un procès contre Ntaganda à la même cour.